10/03/2008

Les emplacements des nouvelles prisons ne sont pas encore déterminés.

J’ai déjà pu dire à plusieurs reprises que, en tant que ministre de la Justice et dans le cadre de ma politique d’exécution des peines, j’attache beaucoup d’importance à une augmentation substantielle de la capacité carcérale.

Cette augmentation est indispensable si nous voulons offrir aux détenus un régime correct et humain, et au personnel pénitentiaire de bonnes conditions de travail.

En parfaite conformité avec l’accord gouvernemental, je voudrais réaliser cette augmentation de capacité de trois manières.

Premièrement et prioritairement, nous effectuerons des travaux de modernisation là où l’état des prisons l’exige. De cette façon, des cellules existantes seront à nouveau opérationnelles.

Deuxièmement, nous évaluerons le plan pluriannuel du gouvernement précédent. Selon ce plan, de nouvelles institutions pour internés seront construites à Gand et à Anvers. Selon ce plan du précédent gouvernement encore, une nouvelle prison sera également construite à Termonde. Toujours selon ce plan, un établissement fermé pour jeunes délinquants sera construit en Flandre et un autre sera construit en Wallonie. Afin de concrétiser ces projets, mon administration collabore étroitement avec la Régie des bâtiments.

Le nombre de cellules supplémentaires sera déterminé à la suite d’un examen approfondi. Les emplacements exacts des nouvelles prisons ne sont pas connus pour l’instant. Ils seront déterminés en concertation avec Didier Reynders, mon collègue compétent pour la Régie des bâtiments. La Régie des bâtiments rédige également l’estimation des coûts et elle étudie les formules de financement. Combien de temps prendra cette procédure ? Une analyse des expériences précédentes indique qu’il faut compter deux ans pour une étude préparatoire et le même délai pour la réalisation.

Je dois vous signaler que la construction des prisons n’est pas la seule façon de remédier à la surpopulation carcérale. Nous attendons aussi les effets positifs de l’application efficace de la surveillance électronique (les détenus purgent leur peine à domicile en portant un bracelet électronique) et d’autres régimes de peines alternatives.

Jo Vandeurzen
Ministre de la Justice