En fonction des éléments du dossier qui lui est soumis, le parquet de la jeunesse décide s’il saisit le tribunal de la jeunesse ou s'il classe l’affaire sans suite.

Avant un classement sans suite et, si les faits sont sans grande gravité, le parquet se limite parfois à écrire une lettre d’avertissement au jeune ou à le convoquer avec ses parents pour lui signifier le rappel à la loi.

Le parquet peut aussi proposer une médiation qui associe le jeune, ses parents et la victime. La médiation a pour but de conscientiser le jeune sur les conséquences matérielles et relationnelles de l’infraction qu’il a commise. L’issue est considérée comme favorable si le jeune a pris conscience de ses agissements et procède à une réparation (excuses, remboursement, etc.).