Le centre fédéral fermé de Tongres abrite depuis novembre 2009 des mineurs qui ont commis une infraction.

Historique

La prison de Tongres a été la toute première prison de Belgique. Elle a été bâtie selon le modèle Ducpétiaux et mise en service le 1er janvier 1844 pour la détention d'hommes. Dans la philosophie de Ducpétiaux, le prisonnier doit être séparé des influences négatives de ses codétenus afin de pouvoir se reprendre et réintégrer la société. C'est pour cela que les détenus restaient dans leur cellule 23 heures par jour à cette époque.

Lorsque la prison a été fermée en avril 2005, les 70 détenus qui y séjournaient ont été transférés dans la nouvelle prison de Hasselt. Au cours des dernières semaines précédant la fermeture, des artistes ont rassemblé du matériel vidéo et photographique des derniers occupants et de leurs surveillants, ce qui a servi de source d'inspiration pour l'unique prison-musée belge. La même année, la prison a servi de décor pour le film "De Hel van Tanger" (Enfer à Tanger). Ensuite, le musée gallo-romain l'a occupée. Pendant deux ans, plus de 200 000 visiteurs ont eu l'occasion de regarder "de l'autre côté du mur", avant que le musée ne ferme en novembre 2008.

Afin d'augmenter la capacité d'accueil pour jeunes délinquants, le ministre de la Justice de l'époque, Jo Vandeurzen, a décidé en novembre 2008, de remettre le bâtiment en service en tant qu'établissement fédéral. Un an plus tard, après des travaux de rénovation, le centre fédéral fermé pour jeunes était opérationnel.

Régime

Deux catégories différentes de jeunes séjournent au centre fédéral fermé. La première catégorie est celle des jeunes "dessaisis". Ce sont des jeunes (de 16 ans minimum) qui ont commis des faits criminels et pour lesquels le juge de la jeunesse estime que les mesures protectionnelles et éducatives sont insuffisantes pour les remettre sur le droit chemin. Ces jeunes seront jugés comme des adultes. Ils sont soumis à la réglementation pénitentiaire pour majeurs ainsi qu’aux règles du droit pénal classique. Cependant, vu leur âge, ils bénéficient d'un accompagnement spécialisé et reçoivent une offre spécifique de matières enseignées. 

La deuxième catégorie est celle des mineurs qui ont commis un fait qualifié infraction et qui sont placés par le juge de la jeunesse. Ces jeunes arrivent ici uniquement lorsqu'il n'y a plus de place pour eux au centre pour jeunes d'Everberg. Ils reçoivent un accompagnement pédagogique adapté. La loi relative à la protection de la jeunesse est d'application et une équipe de l'Agentschap Jongerenwelzijn de la Communauté flamande est à leur disposition. Contrairement à Everberg, aucun éducateur ne travaille au centre fédéral fermé de Tongres en raison du caractère provisoire du placement des jeunes.
Les deux catégories de jeunes du centre de Tongres vivent séparément et selon un régime adapté.

Infrastructure

Le centre fédéral fermé offre de la place pour 34 jeunes. Ils séjournent chacun dans une cellule individuelle. Les cellules sont réparties en deux sections, dans une seule aile.

Ateliers

Un nombre limité de jeunes peuvent travailler au sein du service domestique du centre fédéral fermé de Tongres, à la cuisine ou à la buanderie. On leur permet de travailler à mi-temps pour les encourager à suivre des cours et à participer à des activités d'assistance.