Depuis 1860, la prison centrale de Louvain est l'un des rares établissements pénitentiaires belges à avoir un régime exclusivement fermé qui soit adapté aux séjours de longue durée. La prison est destinée à l'exécution des peines.

Historique

La prison centrale de Louvain a été construite selon les plans de l'inspecteur général de l'administration pénitentiaire de l'époque, Édouard Ducpétiaux. En 1830, il a prévu dans le centre du pays une grande prison cellulaire destinée aux hommes condamnés à une longue peine.

La prison a été mise en service le 1er octobre 1860. Des ateliers ont été ajoutés entre les deux guerres mondiales. En 1976, les détenus, suivis par le personnel de surveillance, ont fait une grève qui a conduit à un grand changement au niveau du régime. La prison a mis l'accent sur l'organisation de loisirs constructifs pour les détenus et sur l'introduction progressive d'un régime ouvert. Depuis le 9 juillet 1996, la prison centrale de Louvain est un monument protégé.

Régime

Les 300 condamnés et 50 prévenus sont strictement séparés les uns des autres et ont un régime propre :

  • Les condamnés sont en régime ouvert. Ils passent une grande partie du temps en groupe. Ils peuvent circuler librement dans l'aile où ils séjournent et entrer dans la cellule d'un autre détenu. Cependant, les détenus peuvent être soumis à un régime plus restrictif pour des raisons de sécurité ou à la suite d'une peine disciplinaire. 
  • En comparaison avec les condamnés, les prévenus bénéficient d'un régime restreint. Les portes des cellules sont fermées et il n'y a qu'une offre limitée d'activités de groupe.

Infrastructure

La prison est bâtie sur une superficie d'environ quatre hectares. C'est une prison classique du type Ducpétiaux : en forme de croix, avec deux grandes ailes et quatre petites ailes. Toutes les cellules sont des cellules individuelles, à l'exception de 14 cellules qui peuvent héberger 3 ou 4 détenus.

La prison peut abriter 350 détenus, pour la plupart des condamnés à de longues peines. Il s'agit de condamnés pour des faits criminels, des récidivistes graves, des étrangers qui ont principalement été condamnés pour trafic de drogue ou traite des êtres humains et qui doivent quitter le pays après avoir purgé leur peine et, enfin, des condamnés pour des faits de pédophilie.

Deux préaux pour la promenade et une cour pour des activités sportives sont aménagés entre les ailes. L'établissement compte en outre différents ateliers, une salle de théâtre, un espace fitness et cardio, plusieurs classes de cours et, dans chaque aile, quelques salles de détente.

Dans les années 70, les cellules ont été rénovées. L'aile B a été entièrement restaurée tandis que les autres ailes ont été rafraîchies.

Ateliers

La prison dispose d'un atelier de menuiserie, d'un atelier de reliure et de divers ateliers pour du travail en cellule. L'équipe technique, qui s'occupe de l'entretien des bâtiments, peut mettre des détenus au travail pour des travaux de peinture, de maçonnerie et pour toutes sortes de réparations (par exemple, en électricité ou sur l'installation de chauffage). De plus, les détenus peuvent travailler dans les services domestiques, comme la bibliothèque, la cuisine, la cantine du personnel, la buanderie, le service des espaces verts ou en tant que "servant sur section".