L’établissement de défense sociale (EDS) de Paifve a été inauguré en 1972. Le régime au sein de cet établissement se situe à mi-chemin entre un régime pénitentiaire typique et la vie dans un hôpital psychiatrique. Les internés qui y séjournent sont enfermés la nuit et pendant la pause de midi mais passent le reste de la journée ensemble. Le personnel de l’établissement n’est pas uniquement pénitentiaire : il y a également du personnel soignant spécialisé en psychiatrie.

Historique

L'établissement de défense sociale de Paifve est le seul de son genre à dépendre du SPF Justice. Il a été conçu à la fin des années cinquante et son terrain acheté début des années soixante avant la parution de la loi de 1966 sur l’emploi des langues en matière administrative. 
A l'origine, il devait regrouper tous les internés masculins francophones et néerlandophones. Cette vocation explique l’implantation excentrée de l’établissement dans le pays, à quelques centaines de mètres de la frontière linguistique. Aujourd'hui, cet établissement est exclusivement réservé aux internés francophones.
Construit au début des années septante par la Régie des Bâtiments, il a été inauguré en 1972. De 1972 à 1975, l’établissement a accueilli quelques condamnés correctionnels à des peines légères et des témoins de Jéhovah qui étaient employés à l’aménagement intérieur et extérieur du domaine et des pavillons. L’établissement n’exerce sa fonction spécifique d'EDS que depuis 1976. De 1979 à 1983, l'EDS a également dû héberger l’annexe psychiatrique de la prison de Lantin nouvellement ouverte et pas encore entièrement fonctionnelle. Ce n’est que depuis 1983 que l'EDS n’accueille plus que des internés.

Régime

La population de l'établissement se compose d'individus masculins internés suite à un crime ou un délit. Ces personnes sont non seulement mises à l'écart de la société dans une optique de protection de celle-ci, et ce, pour une durée indéterminée, mais également pour recevoir des soins adaptés. Il s'agit non pas d'une peine mais d'une mesure. Les internés sont répartis dans deux pavillons où trois régimes (allant du cellulaire classique au communautaire) sont appliqués.

Infrastructure

La capacité d’hébergement de l'EDS de Paifve est actuellement de 208 lits.

Situé dans un parc de 16 hectares et entouré d’un mur d’enceinte, l’EDS se compose d’un bloc d’entrée (entrée principale, locaux connexes et chaufferie), d’un bloc multifonctionnel (bureaux, salles de réunion, parloirs avocat, local de visite hors surveillance, salle de visite et cuisine), d’un bloc ateliers, d’un bloc d’hébergement dit "pavillon cellulaire" ( PCE) non entièrement rénové dont la capacité sur 4 sections est de 82 places et d’un bloc d’hébergement dit "pavillon communautaire" (PCO) dont la capacité sur six sections est de 126 places.

Une dernière phase de rénovation future d’espaces non occupés du pavillon cellulaire devrait, quant à elle, augmenter la capacité de l’établissement de 44 nouveaux lits (quatre petites sections de 11 chambres chacune).

Les deux blocs cellulaire et communautaire disposent chacun, outre des locaux pour services médico-psycho-sociaux et de surveillance, de salles de sport et de loisirs, de réfectoires et cuisines de section, d’un atelier d’ergothérapie, de lieux de cultes et de salles de cours (alphabétisation, remise à niveau, horticulture, etc.).

Des préaux, un terrain de football, ainsi qu’un parcours "Vita" sont également à la disposition des résidents.

Ateliers

Deux ateliers pouvant accueillir chacun une dizaine de patients travailleurs viennent d'être entièrement rénovés.