Depuis le 1er août 1985 les victimes d’actes intentionnels de violence et/ou leurs proches peuvent, sous certaines conditions, introduire une demande d’aide financière à l’Etat.

L’aide financière aux victimes consiste en un geste de solidarité entre les membres d’une même nation. Elle est subsidiaire par rapport aux moyens d’indemnisation habituels (constitution de partie civile, assurances, mutuelles, …) et ne garantit jamais une indemnisation complète du préjudice. La Commission pour l’aide financière aux victimes n’est pas compétente non plus pour l’aide psycho-sociale.

La Commission est un tribunal administratif qui regroupe deux divisions :

La Division Générale  
Pour les autres actes intentionnels de violence : vols avec violence, meurtres, agressions sexuelles...